The Serious case of how SVG sucks

SVG seems to be a vectorial graphical format, that seems to be a dialect in the form of a subset of SGML, maybe html-ized (tolerance to mistakes), that is very clear.

So clear I can modify, rotate, sclare, play with SVG without having ever read anything of it. I had a SVG file, I used a stoician text editor (vi) and made grocked everything.

I even did not understood why or how, I was already tweaking with HTML and javascript and was even knowing how to realize a nice zooming interface in full popup....

I already hear the SVG specialist mumbling, if you touched something out of SVG it is not SVG anymore, Baka !

I am gonna tell you the opinion of the experts is wrong ; an umbrella for instance can be described either by his shape (clothes tensed on top of a stick (the syntax), or the usage in context (like protecting from the rain).

The problem is not me, it is all of us. And the reason I am pissed at the SVG community is that SVG is not a graphical format anymore but a failed substitute to adobe flash.

I am  old enough to have known when we innocently looked at flash origins thinking it was a totally innocent piece of software.

SVG it is not truly your fault, but the fact it is clear for any newbies like me how to misuse it. It is partly due to one of the very quality as a language : it is clear.

You see ids, class, definition, tags with clear attributes.... It all make sense very fast, especially at the text editor level.

I still have no idea what SVG stands for, but it is amazingly easy to manipulate and have results with it, and integrate dynamically in an HTML with javascript.

It took me 10seconds to figure it out with the web inspector and console.log to spot the attributes I needed to change.

Of what a proof is it ?

That it is a tool that is best used in a dynamical web environment...

Like people might want to use it to ..... make picture of it .... and eventually print them ... it may be certifications ....

And people may want to have the same thing on the screen and on the paper....

And since it is a true story that nearly involved me running naked in the streets wondering where my sanity went, I am kind of biased on the topic.

I hate SVG because it is a nightmare in production. Not because of how it was intended to be used, but of how it is used, and I think it is because of SVG itself.

I will try to make a point I still know nothing of SVG, and I will restate clearly that I rant about the stuff inside the head of those using svg in IT and not the stuff inside the SVG tag.

If I would rant against SVG itself it would be longer and it would involve hardware forth, postscript.

I am talking about recruiter and IT specialist that are pro-expert of the web and UX think it is and how it falls in my plate of indigestible technologies.

SVG is the toolbox of creativity for the next wannabee artists in uber hallucinogenetic cross technical perversions.

So someone will want to put a layer of HTML on top of a SVG frame on a web page to have certifications, right ?

A CTO probably sold the templatization and customisation of the certification, right ?

A secretary who has secret talents of artist probably convinced her boss to buy her (or him) the whole collection of expensive drawing software except any that does vectorial format or SVG, right ?

So the secretary probably either do photoshop a layer as a background PSD and the development team will add has another z-index layered HTML layer templatized ...
OR ... he (or she) learned HTML/CSS recently and convinced the CTO all the customers should do it the CSS way on an ... additionnal layered z-index including all CSS non standard extensions.


Then, in fact the CTOs, and lead devs were all gone.

A team of 8 devs + 1 CTO was reduced to one : me, and a simple problem of printing a fucking SVG as everybody calls it !

BUT ! Since I had no time to do it, another coder was doing it, while I was probably looking at envoice and resumés while writing docs to document how to my job and writing a report to report my lack of progress in my job of coder for reasons that were beyond my comprehension.

And you have a fucking simple problem of printing a picture format. You have no time and have to evaluate the astounding proposition of 7000€ to develop and quite a lot of servers to deploy proposed by the contractors in less than 1 day.

you have python at hands and Linux and are totally opened for a prototype (PoC) opened to a command line tool called with a popen.

The reason being that on UNIX behind any cli there are software libraries that python can easily use directly (cffi for instance)


Picture conversion is easy you always try convert first. Yes, but the picture cannot render if .... you the HTML CSS are not interpreted. And CSS manipulation through JS is almost a standard now, since, it is almost what all so called reactive frameworks do. So I also need to interpret JS even if it is a static HTML and force the library to evaluate to the right user agent in the right size. Fuck I love my job of working with standards, accessibility, people with good intentions and buzzwords filling their brains.

If the SVG experts try to express that HTML CSS is not part of the SVG ecosystem, then I bite.


I don't give a damn of whatever you want do define as an umbrella and that people misunderstand what it is.

I do care that people expect me to praise a technology of umbrella (they might have misunderstood) that do not keep me protected of the rain. I CANNOT PRINT A FREAKING GRAPHICAL FORMAT EASILY

So let's play the joke fast.

I always evaluates the price of a contractor by going to fastest brutal way to solve the problem, then I iterate by trying to be more logical. It I have one day, first solution is half a day max, the 2 others for the rest of the day.

First option I saw CLI tools for conversion (image magick...) => fail
2nd option :  python libs, both C/pure => fail

Since SVG is used in webbrowser and specialized tools for presenting them why not see in their libs :)

Like the gnome or mozilla or chrome or inkscape libs ....


Lol, these libraries never took into account 3 layers of technical creativity from different actors in the ecosystem of web printing.


So ... you finish by putting in your DMZ a cluster of full fledged Graphical Interface in which you pilot software like inkscape

When you are a sysadmin you have an heart attack to have to install any library tainted by being to close to the X11 stack.

Fast forward, after not being able to justify why I had so much trouble focusing on my own code I had this exact same problem at hand and a bit more time (job less and doing my tools for statistical analysis).

Basically I borrowed a map from wikimedia, nicely drawn with all data, I used a tad of jquery to change the fill property of the svga stuff and made my own interactive map of job offers with SVG.

Not a manual harmed or touched, SVG is really easy to use.


But, now, my maps are nice, so I want to share them.

So I need to print them .... and I am something of an artist that also knows HTML, CSS and JS ... else I don't have a legend, a title, a scale on the map, and it becomes worthless.

And I don't have the power of a company for buying a cluster of inkscape and have 3 weeks to wait for a contractant to deliver a job of 1 week.

So I took a little time, more research on the history of the project, gnome, mozilla and others....

I noticed really no SVG libraries could render what any idiots will make of SVG.

So I have a less costly solution than my former company, I use selenium and snapshot the pages. Since it is a home project, I am less concerned by the security of the users.


That is the reason why, I hate SVG: it is an excessively printing adverse vectorial format.

And because of the success of SVG I cannot have access to any good map format in PostScript that is also easily scriptable and modifyable given the right tools and structure.

So what I hate might be much more the success of SVG. I see good in SVG, I see also bad points and fear the idea of a monoculture of format depending on libraries exclusively present in webbrowsers.

Me as a developer CTO or a sysadmin you are locking me in very heavy technologies. The web technologies that used to be synonym of lightweight compared to GUI (Tk, AWT, Qt, KDE, Gnome) and easily embeddable are on the verge of becoming the fattest client we ever invented when taking into account all the backend headhaches.

If SVG wants to win my heart, it has to provide me a standalone library suitable for embedded devices that can render any, freaking stuff people think SVG is.

So you want a good alternative ?

PostScript, dotseq, graphviz are my only guess for now.


Our gun laws are dangerously outdated and blinding us

First thing, I am biased, I did a master in physics and loved chemistry because we could do explosions or dangerous stuff, and the bigger the explosion the more I love.

I do not own any guns, haven't built any (trébuchet, patator) except small variants of rockets when a kid, and water/coca-mentos bombs, would totatlly buy a spitfire Mk IX with all guns if I had the money.

I totally despise powdered guns owners for their total lack of efficiency in any field that matters including lethality or capacity to win a conflict.

I think Article 2 of US constitution is totally misunderstood due to the use of a poor accidental idea of gun ownership.

And once a week as a totally immature fan of pinky and the brain I already have designed the best plans to successfully overthrow any  government. None of them require firearms, however they all require guns, most of them free of possession and lethal.

The ultra scary truth : there are scary people out there.


I guess with the next chapter, you might consider me one of them.

Because I am found of war stories at the point I also read the parts on civilian and military casualties, I hate wars. But also, given the horror of wars, I violently oppose to becoming one myself. So I developed a weird imagination of tactical self defense ; if threatens by the biggest killers of the History (States) how do I win alone against them.

Luckily, my constitution makes me a good citizen ; in the equivalent of our constitution, we have as the first non negotiable freedom the right to resist the oppression including the one of our government.

You see, what matters here is not guns, but the reason of their use. Resistance to the oppression.

I am here gonna convince you that pro/con firearms law are both going against your capacity of overthrowing your government, because they use a restricted, outdated version of what guns are thus restricting freedom to carry the weapons that really matters.

Okay psychopath mode on: if I was left 1 month and full freedom to prepare the ultimate gun for a battle royale fitting on a big truck I am pretty sure I would go for an H bomb set on portable bunker with wheels.

Could I win ? If people live with in mind the actual definition of the code of laws, for guns and must abide by the law, I do win.

No citizens can legally build an H bomb, that on the other hand governments have. Any components, tools to build an H bomb are more heavily regulated than possessing a fire arm. I know it I made my research to see if it was doable.

A good plan for tactical self defense against a government include the will to win.

Dear NRA and gun owners, do you think you can win with your rifles against a government if they decide to turn the nuclear war heads against you ?

Okay, the hypothesis of the use of the nuclear bomb against your own citizens is not realist and as a good strategist I think it is right to base your plan on more likely to happen hypothesis.

R&D budget for government insurrection is based on the acceptation of a systemic asymmetry in favor of the government for legal guns.

Ex, can I own a tank ? If government send some, how can I win ?

You will notice that since 1945 the pattern of the tank used by governments against a democratic popular movement is not a fantasy.
<< put picture of Tien An Men, pragues springs, arabe springs here>>

So, are your firearms any where close to help you resist a government that would go nuts against his citizens ?

No

But the laws made to protect your right to bear arms are preventing any reasonable development of anti-tank reasonably cost efficient guns.

For the right to bear your wooden stick to fight against an armoured knights, I am forbidden to have the right to build a gatling.

NRA, gun lovers, firearms owner convinced they could be dangerous for government are like kids not even trying to seriously think of rebellion against any kind of serious government as long as they have their toys.

And if you defeat tanks, you think governments would send their toys one by one like the stupid evil james bond mad scientists letting you a chance to organize you better ?

So if we want to redefine what a gun should be, it would have to be defined based on its intended use ; a restricted freedom accepted by all parties in order to prevent total annihilation if both parties fight against one another.

I mean I actually think as reasonable to have the right of building nuclear weapons in case I have to fight in a insurrectional war or I am being occupied.

If you can gather as good scientists as the manhatan project have and have the budget and time, you may be able to build one.


So I think first that the right to have nuclear weapons should be granted to any citizens living in a country which government have nuclear warheads.

Dear gun lovers, would you feel safer ? More likely to be able to resist oppression ? Don't you think it is nightmarish the idea that clearly deranged persons could be granted the right to nuke the planet just because they have money and have suicidal thoughts after their first break-ups ?

Did a convinced nuclear weapons enthusiasts convinced you that firearms are to be regulated because well, they are dangerous.

Let's try to make better use of defining rightly our rights to overthrow the government. What are the true weapons that really make people win wars ?

First of all a fully non censored weaponized education is the first and only gun citizens should be free to have.


How do I know about budgets, basic of H bomb, their success in war and their devastating power ? Because I read it in books and not everything is censored on this knowledge.

But when it comes to older history national pride, reason of security some knowledge are censored.

And that may be where the true guns that worth holding are.

Knowledge absent of our books : how to make stabilized explosive. Can bombs be cheap ? Yes. Can they help resist a modern government with tank. Yes. Would it be legitimate to know this just in case ? My answer is : if the government has the right to have weapons, I want the knowledge to build alternatives and parades of the same grade. If it is forbidden to use tanks against citizens I am okay with not demanding the right to learn how to destroy tank and cheap access to the components

Having synthesized TNT during chemistry lessons, like 36 other students in my high school, did not saw us involved in terrorism afterwards.

Could I make explosive outside of the classroom ?

When I was 10, with my friends my cousin, later when skipping schools the kids of my generations and city were making explosives for the fun.

Classical black powder (lots of smoke), vinegar + chemical yeast, integration of small rockets to make bigger ones, gasoline ...

So as any kids lucky enough to have survived his own youth in one piece I have stopped falling for all this stupid kind of "hold my beer" moments. However, I know enough of explosive by having tried to develop another cheap scary weapons to know you cannot build the funny explosive that matters.

White powder, the dream of all teenage tinkerer! Luckily for me, my crazy government regulates the access to the main component for this. Knowing my old young self, given every big amplitude stupid stuff I made, I am pretty glad we survived this.

So I do think right to bear arms should include practical and theorical knowledge to build real weapons, but I kind of think it is wise to regulate the market, I think it would be also wise the citizens have a right to regulate the weapons the government owns or sell.

I had another plan for overthrowing a government with true weapons proven on the battlefield. Bio-weapons.


Having severly intoxicated myself doing my own alcohol and charcuterie, I have first hand experience of how easy it is to produce them and how dangerous they are.

Plus while skipping school, I learned of the awesome plants in my region, some of them being either deadly poisons, or just debilitating. So dangerous some of them are cultivated in the public space, because they look so nice.

The problem with plant based poisoned is that there is no way to prevent them if we talk of endemic species.

Stuff you find in your garden and fields.

So does the government use plant based/bio weapons during demonstration ? Yes pepper spray/tear gazs. Should we be able to make them. Yes ...


Incidentally some of my revolution plans require massive dose of fertilizer that are controlled because of the restriction on our right to build efficient military grade conventional explosives. A peaceful plan of revolution by the (incapacitating) plants is denied to me because teenagers and terrorists are denied the product to mass produce cheap good explosives.

So as you see with truly uncensored knowledge I think we would have the best weapon to overthrow any government.

But really, seriously you have to be an idiot to think you have any weapons. You may train, you may imagine to resist to tanks with your guns during epic battles, but you lack the true knowledge ; not the art of winning the battle but the war.

Modern wars and insurrection are a mess, but they have one point in common, they always last longer than expected.

My dear gun owners, I would not hire you to resist.

I would prefer people hacking drones, explosive researchers, cyber-warfare : they all have in common to be based on easily accessible product requiring almost no complex logisitc.

If you want the right to bear arm to overthrow an oppressing government you normally should think of a long movement, and having to be able to produce or smuggle the ammos. So you need either the right for guys like me to build explosives/H bomb. Or ... the right to have anything that helps smuggling : cash, good redundant physical networks for travel and transport and public infrastructure made to support any war grades disruption.

You see the USA ? You see Puerto Rico ? All it would take to disorganize a urban resistance is of the grade of a hurricane. Imagine the government come to break you, how will you resist without a good electricity, water, road, energy network ?
#lol

If you seriously want to be able to constitutionally resist to oppression, you have to seriously demand the mean of resistance to your government. And world war I taught us a very important lesson : public services/government owned transport companies are a weapon.


In fact, I should not insult other Nations, but there are some holes in the knowledge I was taught.

I was taught french army was competent and well equipped for instance, and that WWI was the first "modern war" with tranchees.

Was not the american civil war also involving tranchees, (very few) machine guns and many aspects of modern warfare ? Maybe other countries too.

What I learnt is in modern war efficient motorised logistic is a must.

The combination of trains, rivers, taxis (roads), airplane for transport saved the french. And Germany on the other hand had some difficulties because of being less advanced in motorized transport : french had  truck with tires while german metal wheels did not help in the mud sometimes with horse traction.

Trains, planes, horses, boats .... the freight all over the world during WWI must have been very intense.


But in fact public owned companies do not matter. What mattered really was the physical netorks (rivers, road, railroad) were maintained properly.


To show you how much of a weapon good (enough) maintained network are, let's see how to beat the Axis, the Allied and the Super Powers who have understood motorized logistic is one of the most important weapons in modern wards. Including people doing an insurrection against a government they consider oppressive.

Let's talk about the Viet Mhins

I am sorry for my lack of any more information than : they have beaten the best equipped States in a case of insurrection according to our books "Axis, France, USA"

Okay, let's make fun of the french....

Imagine you have to fight a revolt in a country. Where do you put your HQ?

In a place where you have good access to roads, harbour, airport.

You have the foreign legions, airplanes, trucks and a good logistic. But... after someone look at where you placed your HQ they see these big hills around the HQ that would make a very good place where to put artillery.

And the french army says, we have planes, tanks, trucks, we do reco mission, we have advanced communications these peasants don't have, what could they do ? They do not even have a fucking truck to transport anything.

True they had not a single truck. They however had their artillery delivered at dien bien phu in DIY kit. And during weeks, under the nose of check points, recognition mission of planes/helicopter, they would use the  best french weapons against the french : the peugeot ! The cycles Peugeot.

For weeks they used bikes to transport the canons in the jungle, in the hills under the nose of a proud modern army.


Did the USA learned anything?

Viet Mhins used bikes, boats, added some undergrounds tunnel.

They beat the nations with the best motorized army by having a worst physical  network and having a better use of it.

In case I have to fight France, USA, Canada, Russia as a citizen legitimately have the right to consider, I think logistic is a weapon. As such, I don't want the government to decide to much on it without the consent of the citizens.

You see, I strongly disagree with the dogma that motorized transport is the alpha and omega of transport, and in case I must resist the oppression of my government that failed once against bikes, I want the right to be able to use all the road network with my bike.

How I have all this dangerous potentially weaponizable knowledge ?
I skipped classes, and had a freer youth than most young have nowadays.



The more I think on what would make a very dangerous education that would enable all citizens to be able to make stronger government that cannot oppress them the more I think  a strong sense of questioning authority is a must. Thus I do not see heavily centralized education and certifications (work regulations) in any other way than an easily influenced monopoly.

Think of it, why all kids should be taught to be kids of an ideal city that does not exists ?

No one is truly french, or american or german or syrian or whatever ...

With all have familial, regional, historical divergences. School tried to teach me I have catholic traditions, my lutherian communist family told me : hell no!

There are first nations in amazonia that were probably told the same (the maroni), and I pretty imagine their parents telling : Hell no!




National educations are a fiction. There are no such thing of a good national education : adaptation requires the knowledge of your environment.

A future dangerous person in case of resistance to the oppression should better be taught the name of his local plants, how to survive and rescue in her place, practical science, biking and rules for sharing the common place, their rights and how to enforce them, to trust her/himself, how to read and write maps all battles, not only those of the kings and queens but of the revolts of the people without judging on who was right, without lies just for creating great strategists. For avoiding to create psychopaths I would really like that if someone wants to over invest in studying warfare the person equally invest in an activity of civil relief with the same level of involvement.


You see, more than ever knowledge is power. But maybe more the small knowledge like the one of the Viet Mhin than the one of Elon Musk.

So as you see I despise those of the pro/con gun owners, anarchists, fucked up patriots that hold to the right to hold a wooden stick against an armoured knight while I claim the true dangerous weapons are denied to us, and that the first grade weapon is an education that build us into strong self confident citizens with useful knowledge rather than conforming sheep with their heads filled with propaganda.



Power to the potatoes !

Comment j'ai volé l'argent des riches avec PostScript

Tu vois tu jeune Padawan, les gens qui faisaient de la science parfois n'avaient pas d'ordinateurs aussi puissant que les imprimantes de leur patrons. Et .... quand on est taquin avec des esprits brillants formés par la nature joueuse de la science à contourner les difficultés, en général ça se termine mal pour les idiots.

Leurs imprimantes ultra chères pour tenter d'impressionner la secrétaires qui ayant des talents cachés d'artiste éxige une imprimante qualité PAO pour imprimer le logo qu'elle a fait sous 3DSmax en 50 nuances de gris va devenir le cheval de Troie pour un détournement d'échelle des lois de la finance et de l'informatique.

Le Graal du calcul distribué partagé, de code immutable et modifiable contenant données et procédures, un nuage de calcul asycnchrone résilient, la comptabilité au cents près du jobs et le détournement de fond à grande échelle dans les grands groupes.

Il y a longtemps avant que la blockchain existe, ce rôle était tenu par les imprimantes PostScript détournées par les scientifiques.

Tout ça a commencer avec une mauvaise compréhension du mot imprimante. La définition geek du mot imprimante a toujours été : une CPU spécialisée qui a pas suffisamment de mémoire ou de puissance de calcul comparé à mon ordi de bureau.

Pour les années 1990 les Européens vus des Amériques programmaient des imprimantes. Il parlait des ordinateurs de bureau et des serveurs.

C'est quoi une imprimante postscript ?
C'est un ordinateur qui prend en entrée du code et des données et les execute jusqu'à sa fin. Le code généré générant dans une imprimante postscript idéale les déplacements géographiques demandés.

Le forth du postscript est assez confortable : il supporte adressage, fonction tableau, calcul spécialisé sur les transformations géométriques et la visualisation.

Bref, quand ton imprimante est plus puissante que ton ordi de bureau, tu commences à regarder le manuel du PostScript ...

Tu vois que t'as tout ce qu'il te faut pour au moins 4 tâches :
- partager de manière authentifié des résultats de recherche avec une preuve formelle incluses et une procédure de vérification ;
- obtenir une grappe de calcul pour la visualisation 3D payé par le budget impression de l'entreprise ;
- partager des données protégées par les NDA littéralement sous la pression de ton encadrement ;
- avoir tout ça en cloud, sans interruption de service, résilient à la panne, sur du matos qui monte en puissance.


Bref, une fois que t'as compris que le forth c'est un langage de programmation, tu vois tout de suite que tu vas pouvoir exploiter sa CPU pour faire du boulot d'ordinateur.

Prenons un cas simple : tu veux faire un rendu d'une scène 3D sur un support 2D. Si tu peux avoir le résultat 100x plus vite sur une feuille de papier que sur un écran sans avoir besoin d'acheter de licence, tu vas transformer ton code en un visuel.

Tu veux représenter une molécule en chimie organique en 3D sous différents angles et illustrer un quelqueconque gradient ?

Tu charges le modèle 3D, tu y rajoute les routines de projection 2D et pour avoir plusieurs angles, tu changes dans le fichiers postscript que tu envoies aux imprimantes les paramètres d'angles de vue.

Ni vu ni connu je t'embrouilles, le vieux papy chercheur que vous pensiez incapable de s'adapter au nouvelle technologie puisqu'on le voit passer son temps à récupérer des impressions de son dernier modèle est juste en train de vous voler votre pognon. Il fait faire des tâches de calcul compliqué de rendu 3D à vos imprimantes, et ces feuilles sont la preuve de son larcin.

Sérieusement, il y avait des secrétaires fûtées qui trouvaient louches qu'une page d'un document de labo prennent 10x plus qu'un document de secrétariat avec la photo du patron qualité pro.

Et là les physiciens se retournaient en montrant un tableau bien présenté : vous voyez, j'ai pas d'outil de PAO comme vous, pour avoir de beau dessin je dois mettre beaucoup de point, je fais des scans que j'inclus dans les publis, c'est lourd.

Hum, hum. Menteur, c'est ton code et tes données qui ont collé l'imprimante postscript sur les rotules, justement parce que tu préfères faire le calcul à chaque fois plutôt que de le faire une fois pour toutes.


Donc après tu publies.


Mais il y a peut être un embargo sur les données. Mais il faut bien publier, notamment les données qui ont permis d'obtenir une certaine représentation 3D que l'on peut voir sur la version papier de l'article.... son format .... imprimante.

Sans publication des articles, pas de crédit, de réputation, de financement, donc il faut impérativement publier et rendre l'accès au format "pre print" dispo. Après tout un décideur pressé va sûrement avoir besoin d'imprimer la recherche dans son beau format postscript pour la lire.

Publi auquel les autres chercheurs ont accès, et dans le code duquel on peut mettre du code et des données et donner un index visuel sous la forme de la chose imprimée pour trouver où dans le code. Stéganographie ultime pour les idiots. Et le fait que le résultat visuel est conforme à ce qui est annoncé dans le papier, donne une validation que ce sont les données utilisées pour la publi qui sont transférées ...

Vous avez sûrement remarqué que les budgets imprimantes sont délirants :)
Il est surement possible de faire un fichier postscript qui en entrée prend du hasard et en sortie vous imprime un hash pour un **coin.

Comme les imprimantes sont pas chères, hacker les ressources imprimantes ça permet d'avoir une grappe de calcul entretenues à pas cher.

Imprimantes réseau dont peu comprennent pourquoi un programmeur s'est fait chier à enregistrer pour chaque utilisateur le temps d'impression en plus du nombre de page .... Même dans la mafia on a toujours besoin d'une comptabilité sincère et vérifiable.





Et c'est là où l'on frise le génie. Le postscript a donné à toutes les entreprises, mêmes les plus modestes la capacité d'arbitrer de maintenir et de comptabiliser des tâches distribuées.

Si on voit le postscript comme un format de calcul alors on a aussi un réseau distribué asynchrone avec comptabilité des ressources.

Pour finir, j'ai été un voleur, mais je crois que dans le postscript se cache une opportunité d'offrir sérieusement tous les avantages d'une monnaie virtuelles à un millième de son coûts et répondre à des problématiques de preuves sur les données transférées, de format universel de transfert de code et de données, extensible et ouvert.








#Patarchie : sauver le monde par la dictature des patates

dyslexie partout

La patate peut sauver le monde si on l'aime suffisamment.

Je ne suis pas objectif, je sauve ma médiocrité en tant qu'époux en cimentant ma relation grâce à des purées de pomme de terre qui ont mis ma polonaise de femme sous mon charme. En échange, elle me fournit en hydromel polonais, et levures.

La patate sauve mon couple tous les jours, comme elle pourrait sauver la société en cimentant les relations sociales.

Depuis que je dois me concentrer sur plaire à ma femme toutes les semaines depuis 4 ans en faisant un plat de patate, j'ai compris moult choses sur la patate qui sont aussi vraies dans la société.

Pour faire des bons plats, il faut des bonnes pommes de terres. Elles ont toutes des identités, mais leur vrai identité c'est d'être des perverses polymorphes.

Des patates, il y en a de tous les genres. Des qui explosent en cuisson à l'anlgaise, qui tiennent la friture, qui boivent ou pas la crème. Elles ont des saisons. Des modes de culture, et parfois si on est près à accepter des yeux, on a des pommes de terres d'un meilleur goût.

La patate est à l'image de l'homme en société bien meilleure bien mise en valeur, et qu'on aime les patates exploitées dans son meilleure, gratin dauphinois, poutine, truffade, aligot, purée, pomme de terres rissollée, en omelette à l'espagnol ....

La patate on l'aime parce qu'on sait que sa diversité est une force.

Nous devons faire une société à l'image des patate, où toutes sont acceptées car nous sommes curieux d'en découvrir une nouvelle qui va nous étonner.

La patarchie est donc patatoïdale dans son identité : prête à accepter la précision démoniaque d'une patate en rejetant le dogme de l'idéal sphérique, mais aussi que Yukon, Bintje, pomme de terre nouvelle, ratte de noirmoutiers, clairefontaine .... justement la diversité de chaque patate constitue aussi sa normalité.

L'identité forte de la patate est sa diversité.

La plupart des philosophes veulent un monde dirigé par les meilleurs, moi je veux l'opposé : des patates. Parce que les patates sont les meilleures.

Le meilleur est beau, riche, brillant, dès sa naissnce. Toutes patates avant de pouvoir révéler leur beauté doivent passer par les mêmes étapes de révélation, qui commence par une turbercole moche remplie de terre, mais qui par le passage de mains en mains bienveillante le meilleure de la patate qu'elle peut être : un cube dans une truffade, une frite, une tranche de gratin dauphinois, un jus... La société patarchiste encourage de développement de toutes les patates, et chaque réussite individuelle est une victoire collective. La patarchie sait qu'il n'y a jamais d'excès de patate, donc toutes les patates sont encouragées à être les meilleurs. Si tout le monde peut enfin manger un cornet frite, offrons lui aussi une vodka !

La patate est comme le commun, moyenne, consciente de nécessiter le concours de l'autre pour finalement accepter un destin sans éclat. Mais bien mise en valeur la patate peut s'adapter à tout.

Si les gastronomes artistes ne peuvent vous convaincre soyons utilitariste ! Sa culture à sauver l'Europe de la famine, et probablement d'autres. C'est un super légume, pas bégueule, qui pousse partout avec une bonne productivité.

On peut en faire de LA VODKA!!!

Alors que les meilleurs, ils sont sûrement meilleur à un truc. La patate -la pas douce- les chinois ils en font même des désserts !

C'est parce que la patate est modeste qu'elle est si parfaite, se contentant de peu livrant pour tous, est capable de supporter l'industrie des autres. Il suffit juste de lui reverser le peux qu'elle nécessite pour vivre, et bien la connaître, la traiter.

Voilà les patarchistes revendiquent le fait d'être patatoïdales l'identité de ne pas en avoir. Le patarchiste ne veut pas des meilleurs qui ressemblerait qu'à des bintjes, le patarchiste veut être représenté par toute les patates car il sait qu'il domine les cuisines depuis longtemps grâce à sa diversité.

Les patarchistes revendiquent d'être le cul terreux, et d'avoir encore un peu de poussière sur leurs belles robes.

C'est parce qu'il a la sagesse de son jardin que le patarchiste veut de l'engrais pour les futures patates. Ils sait qu'il faut nourrir les patates, qui nourrissent les autres. La bonne patate c'est celle que nous sommes aujourd'hui et qui nourrissent les meilleures, c'est à dire celles qui seront là pour la génération suivante quand nous ne pourront plus fournir.

C'est pour ça que le seul et unique objectif concret est d'obtenir à tous jamais, que plus aucune organisation autres que celles de recherches scientifiques amateures ou professionnelles n'aient le droit de planter autre chose que des plantes qui se mangent sauf si ça aide des trucs qui se mangent. Oui au bocage! Au marais, à tout ces lieux de braconnage.

Tant qu'à dire que vous avez trop d'argent aux lieux d'avoir des budgets dispendieux pour des plantes qui sont des poisons, nourrissez les autres.



Quand tout le monde aura à manger, le patarchisme aura prouvé qu'il avait raison et se dissoudra, dans la vodka

Comment les journalistes sont détestés

Dyslexie inside, n'hésitez pas à signaler les fôtes de trucs accessoires (ortho, grammaire, accord, redites...)

Assez souvent, dans les journaux, sur les réseaux sociaux, je vois les journalistes français qui sont objectivement détestés et détestables ramener la cause de leur détestation à la montée du populisme et des dictatures.

Si il est vrai que les dictatures et le populisme sont la cause de la mort de moults journalistes méritants à l'étranger, les journalistes français feraient mieux de se la fermer : on les déteste parce qu'ils ne savent pas parler français, que ça nous blesse, et fait le jeu des autoritaires et populistes en France.

L'explication sociologique d'entre soi de CSP+ privilégiées et de fabrique des élites est gentille, mais elle consomme trop de salive.

Le vrai problème c'est qu'ils tordent le sens de mots important chèrement acquis, et font ainsi dégénérer des vertus en vices.

Ils parlent de charge sociale pour les salaires différés. Présentent l'homéopathie comme une science, ou un bousin avec une utilité quelconque, ils parlent et laissent parler de valeur chrétiennes pour dire l'opposé, de travail pour la richesse héréditaire, et ont une analyse politique à l'inverse de celle de la Nation.

Si on rajoute l'horripilante tendance des journaleux à utiliser des faux amis anglais en français dans le texte pour aboutir à des contresens tout en disant pédantiquement qu'il vous nous dire ce qu'il faut savoir, on a envie de leur dire, qu'on a déjà un cerveau qui semble marcher mieux que le leur.

Pour le fun, à la coule (à la cool en fr journalistique) voici un vademecum des mots de franglais (hors les horreurs qui ne sont ni de l'anglais ni du français) qui aboutissent à des contre-sens :


Mots de journaleuxSens supposéSens RéelExemple
Evidence Preuve qui n'a pas besoin d'etre prouvé L'évidence du dopage de Lance Armstrong (20 minutes, l'équipe, le monde)
Sympathie compassion (sympathy for the devil) être à la coule spontannément avec des gens, relâché Nos présidents font preuve de sympathie à l'égard de victimes d'évènements tragiques à l'étranger (lemonde....). Les présidents français sont des bâtards !
Challenge C'est un putain de défi d'utiliser les mots français? tabernâk! Les anglophones adorent placer défi dans leur prose
burn-out fatigue extrême lié au surmenage professionelle Le truc appelé fatigue professionnelle dans les ouvrages de prévention des accidents du travail au début XXé siècle ...
Jogging les mots anglais sweat pants ou to run Pantalon de sport, ou corrir Sarkozy pratique le jogging pour rester en forme ...

Et tout anglophone vous dira What the Fuck France! en découvrant tout ces mots qui sonnent anglais, mais ne sont pas anglais (comme dire un dressing pour ce que les anglais appellent garde robe), voire l'idiotie de rajouter une couche d'anglicisme sur un mot français : compter fleurette => to flirt  => flirter. Au moins vous pourriez l'écrire je sais pas .... fleureter ?

D'un coté comme de nombreux français (dont des frontaliers, expats, immigrés...) je suis pas bilingue en anglais, mais je le parle tous les jours. Donc un mec qui sort de Science Po, qui titre sur comment je dois penser un truc, et qui parle mal français parce qu'il utilise mal des mots anglais, ça me câlisse en estie.

C'est pas comme si Belges, Suisses, Africains, Québécois n'étaient pas capable de se débrouiller sans anglicisme.

Les québécois c'est dix fois moins peuplé que la France, largement moins d'universitaires et de savants, mais même si l'anglais les contamine :
  • d'une part même quand ils emploient un mot anglais, ils l'utilisent pas en contresens
  • d'autre part, ils savent trouver des substituts à des mots anglais

Spoiler devient divulgâcher par exemple.

A tous les journalistes qui ne savent pas utiliser Google c'est à dire apparemment tous, je leur fais l'insulte de leur proposer de se référer au référentiel d'équivalent français anglais fait par une Nation au taux d'éducation 10 x ingférieure à notre beau pays la France : Le grand dictionnaire terminologique (GDT) Office Québécois de la langue française

 Là j'aborde même pas le fond du sujet, que je me sens chaud bouillant, parce que les journalistes Français qui sortent d'école qui se piquent de faire des gens savant n'entravent pas que c'est hyper grave de changer le sens des mots en leur opposé.

Le mot chrétien est devenu catholique dans leur bouche, libéral est devenu monarchiste ... derrière chacun de ses mots il y a des gens qui sont morts, une personne en France qui est littérallement insultée, bafouée, traînée dans la fange du mépris.

Un chrétien c'est un mec qui après avoir lu la Bible s'est dit, ce que ces gens font c'est l'opposé de ce qui est écrit, je ne rejette donc pas la fois, mais l'Eglise et toute sa hiérarchie. Je rejette l'existence d'un dieu de violence pour accepter un christ de compassion.

Hé putain de journaleux de mes deux, les protestants sont chrétiens par opposition au catholicisme, à l'origine de la tradition chrétienne de rejeter l'église (sans rejeter la foi), de rejeter la superstition religieuse, et de la séparation de l'église et de l'état.

La tradition protestante française c'est grosso merdo, tout sauf Paris. La Rochelle, les Cévennes, le Sud Ouest, les Alpes, les Pyrénnées, une partie dans les DOM TOM, le Nord ...

Le libéralisme français, celui du siècle des Lumières, c'est le rejet du mérite de la naissance, de la richesse par le patrimoine héréditaire, et la volonté de faire une société basée sur le respect de l'industrie de chacun. Vous pouvez pas comprendre, le libéralisme voit son origine dans le protestantisme, chez les huguenots qui sont partis et revenus en France

Si vous me croyez pas, relisez le monologue de Figaro (Acte III s V) et vous allez voir que chaque numéro du Figaro est en contradiction avec les idées qu'il est sensé représenté. Je vais reconnaître aux journalistes du Figaro qu'ils ont sur le plan de l'usage du français la meilleure rédaction. J'ai le plaisir coupable de lire parfois le Figaro pour le style (et non le fond).

Le figaro est à l'image de toute la presse française : un ramassis de Joe la Science pédants qui sont fats, vaniteux et aussi éclairés qu'une sonde de coloscopie en usage.

Okay, je mens, j'ai aussi du plaisir à lire le midi libre (pour le style simple et clair). En fait, je préfère souvent la presse régionale à la presse nationale pour l'écriture.


Vous voyez, les mots ont un sens, et de même que quand sous Louis XIV les Nobles ont introduit l'idée qu'ils n'avaient à justifier de rien parce qu'ils travaillaient (alors qu'ils branlaient rien) et traitait les ignobles (non nobles) de fainéant, ça a limite tellement énervé les gens qu'ils ont fini par couper des têtes.

Donc, journalistes français, le recul de l'amour des français pour leur presse à l'inverse de partout dans le monde, c'est parce que vous soutenez les couilles des populistes et autoritaires tellement vous êtes des brelles dans ce qui est sensé être votre métier, lire et écrire en français.

Donc oui, quand je rencontre un journaleux j'ai toujours envie de lui placer une caresse amicale derrière la tête (au sens journaleux, pas française de france)


Les travers du recrutement en informatique en France analysés à coup de #BigData

Attention dyslexie inside.

En introduction, et c'est de l'impertinence que j'assume d'après toutes les offres de big data (analyse de données) je ne suis pas suffisamment qualifié pour en parler.

Mon tort ? Mon titre de Maître es Science Physique (appliquées) qui ne vaut pas tripette contre une école de commerce option marketing et bullshit.

Je vais me permettre de mettre mes génitaux sur la table : quand on a travaillé en labo et été cité dans des publications scientifiques pour avoir permis de réduire le résultats de milliers d'expériences contenant des milliers de points à une valeur physique unique alors on est compétente en Big Data.

Maintenant que c'est fait, il est temps de l'étayer en démontrant par les faits que c'est le cas.

Qu'est ce que le Big Data ?


Un mot vide de sens supposé indiquer la capacité à traité de gros corpus de données et à en retirer des informations pertinentes. 2, 3 au max compréhensibles dans la langue de tous.


Derrière toute analyses de situation il y a une motivation à trouver une solution, à quoi ?

A la suite du suicide par overdose d'un ami connu en web agency, je suis dans une quête depuis 6 ans pour trouver un emploi loin de la culture informatique que je soupçonnais d'être toxique (sans pouvoir mettre le doigt dessus). J'ai fait un burnout à mon dernier boulot (GIP FUN-MOOC) suite à du cyber-harcèlement sur le github publique de l'entreprise.

La chose que j'ai donc recherché consistait à filtrer les offres de Pole Emploi afin d'éliminer tout ce qui pouvait être toxique sans savoir ce qui l'était.

J'avais un autre soucis : aider ma femme à m'aider or le plus gros problème rencontré avant même de qualifier les milliers d'offres par jour consistait à :
  • éliminer celles déjà vues ;
  • éliminer celles dont les contenus ne correspondait pas aux mots clés voulus ;
  • éliminer les intermédiaires postant sur pole emploi en faisant croire à un contrat final.
Si au départ je pensais faire une analyse textuelle, il se trouve que la plus grosse partie de mon travail  a consisté à dédoublonner les offres.

Imaginons que je me connecte à pole emploi, que je recherche un boulot de "data scientist" ou développeur python.

  • Je vais avoir très souvent des offres PHP, java ou autres sans rapport avec mes compétences ;
  • Je vais me voir reproposer très souvent des offres déjà vues.
Peut on quantifier très souvent ? 99.9%

Peut on quantifier impertinent ? 99%

On a un facteur de signal/bruit de 1/1000000

Est-ce terminé pour autant ?

Non la plupart des offres sont mal qualifiées.

Pour ajouter l'humiliation à l'injure le site de pole emploi est très peu ergonomique.

Certains vont me dire : il y a une API. Je vais être brutalement honnête : cette API est à chier pour 3 raisons.
  1. Elle ne dédoublonne pas ;
  2. par expérience de 15 ans de programmation toute documentation mal écrites dans la langue du pays est à chier. La documentation de l'API pole emploi est en franglais. Je parle bien anglais et français, je conchie le franglais ;
  3. la partie récupération d'une clé d'API est d'une lourdeur bureaucratique crasse.
Donc, j'ai fait ce que j'ai toujours fait ; ce qu'on appelle un aspirateur à site web : un programme qui récupère les pages de pole emploi et les offres associées si besoin.

Code source du script python

Il est moche ; j'ai pas l'intention de chercher du turbin toute ma vie, c'est un script jetable en mode chez moi ça marche.

Au fur et à mesure de son utilisation je me suis aperçu que la fonction principale du script consistait à ne plus me remontrer les offres que j'ai déjà vu. C'est comme ça que je peux estimer le ratio de bruit sur le site de pole emploi.

Ce qui veut aussi dire, sachant que je stocke localement les offres et les résultats de mes recherches que mon aspirateur d'offre économise à PE (pole emploi) énormément de bande passante.

Dans toutes les offres bigData la maîtrise de base de données permettant de gérer des milliards d'entrées est exigée. J'utilise mon disque dur et ma mémoire : en dédoublonnant, pour un mois de recherche, je n'ai que 3000 entrées sur disque pour la moitié de la France malgré supputativement d'après le site PE largement plus d'offres disponibles. Évidemment que je pourrais les utiliser, mais j'ai autre chose à faire qu'installer une grappe de 5 serveurs de base de données quand les 8Go de mon PC suffisente et que j'ai pas la maille pour me payer 5 serveurs et le temps pour faire sysadmin en même temps, je dois aussi jouer avec ma fille !

Voilà ça c'est pour la partie criblage : en retirant le bruit du signal (redites) on peut transformer un problème de big data en medium data avec 2 ordres de grandeurs (/1000).

Ensuite, attaquons la pertinence.

J'en avais ras le cul d'expliquer à ma femme que non quand les offres étaient "BAC+5 ou école de commerce ou niveau équivalent" ça voulait dire "universitaires allez vous faire voir". Elle me disait, mais à ton âge que ce soit au Québec (où nous avons vécu) ou en Pologne, tout le monde s'en câlisse, en estie de ton diplôme, kurwa de tabernâk !

Donc après avoir infructueusement tenté l'indexation textuelle (les universités françaises partagent le code source, mais pas les corpus permettant la lemmisation catégorisation alors que ce travail est fait avec de l'argent publique) qui nécessitent de bons outils indisponibles pour la langue française, je me suis rabattu sur la technique de brutalité propre aux scientifiques : parfois moins précis, mais plus simple si ça peut marcher. J'ai utilisé des expressions rationnelles (regexp en mauvais franglais informatique).

Une mauvaise odeur dans une offre d'emploi stable en informatique c'est (SPOILER) :
  • des qualifications non adaptées ;
  • "pour le compte d'un grand client", "SSII", "INTERIM" ;
  • gestion du stress ;
  • l'utilisation de framework
  • plus de 15 compétences éxigées ....
Pourquoi je dis spoiler (divulgâcher en français) ? Car je l'ai découvert non avant de faire l'outil, mais en l'utilisant.

A quoi ressemble mon outil ? C'est un outil en ligne de commande, qu'on peut qualifier de DSL (Domain Specific Language ou Langage Dédié) mais qui m'affiche des pages webs kikoo lol.

voilà ce que je peux y voir :


L'offre déroulée en un clic me permet de voir en surligné ce qui est exigé (et le nombre d’exigences) et en caca d'oie les choses que je juge non pertinente en rapport avec la recherche (ici python)

En général je ne regarde que les offres pour valider si j'ai des faux positifs, et j'ai rajouté les mots clés au fil de l'eau.

J'ai corrélé les offres auxquelles on ne me répondait pas avec certaines marqueurs (le niveau de diplôme) par exemple.

Le nombre de petites crottes correspond au nombre de mots clés non pertinents.

J'ai mis une fonte que j'aime lire, et du monospace avec un colonnage à 80 caractère car ça augmente la vitesse de lecture. Je n'ai mis que les informations qui m'intéressait.

Et puis j'ai mis un camaïeu de mauvais goût ainsi que de la rondeur partout parce que j'aime la couleur. Dans une version future, je mettras un arc en ciel pour que ce soit plus gai.

L'intérêt d'avoir une ligne de commande, et des données facilement accessibles sans interfaces de requêtage, c'est qu'il devient facile de faire des pivots sur les données pour obtenir des informations telles que :
  • quelle est la fréquence de crottes par titres ?
  • quelle est la fréquence de crottes par titres en fonction de la fréquence du titre ?


 Et ensuite :

On en déduit facilement des choses simples telle que plus un titre est unique, plus il y a de chance que ce soit du BullShit (de la merde de chameau).

Chaque graph en ligne de commande me permet une productivité d'analyse supérieur à l'utilisation d'Excel, MS-Access, Hadoop, Spark, Cassandra, Grafana qui sont pourtant un des pré-requis justement en big-data.

Une fois armé de cet outil voyons ce que l'on peut tirer comme résultats

Les Ressources Humaines (en Technologie de l'Information) ne comprennent pas les métiers de l'informatique


Mon grand père maçon quand on lui demandait quel était son métier (il était compagnon) il répondait, un maçon c'est quelqu'un qui sait monter un mur droit.

Si on applique à l'informatique et qu'on regarde la manière de formuler les offres on voit tout de suite le problème.

Un maçon doit il être jugé sur sa connaissance des outils ?

Non, si vous connaissez des Compagnons du tour de France, des MOFs, vous saurez qu'ils entraînent leurs petits lapins  (apprentis) à savoir se démerder avec les moyens du bord quand ils ont pas les meilleurs outils. Ce qui inclut de laisser les pious pious improviser des palans qui pourraient les tuer pour lever des blocs de plusieurs centaines de kilos.

Les outils en informatiques sont une difficulté accidentelle. N'importe quel idiot peu apprendre un langage, un cadriciel (framework) en un tiers du temps d'une période d'essai. Et c'est justement une bonne manière de juger un informaticien.

RH arrêtez d'éxigez la connaissance d'outil pointus pour une offre d'emploi, vous augmentez vos coûts de recrutement et créez une barrière qui favorise les bras cassés incapables de s'adapter

La convivialité, le fun, le challenge (défi en anglais) sont un mauvais signe. Orienté valeur, écoute ...

Ce qui évite la toxicité culturelle en informatique n'est pas d'être gentil et inclusif ou de vivre dans la bromance mais la neutralité émotionnelle.

Une expérience qui s'est répétée pour moi, c'est que trouver un trou de sécurité dans des grandes entreprises fait qu'une personne va le prendre très mal.

D'une part il est à noter que se focaliser sur la valeur incite à ignorer les cas asymptotiques, qui sont justement ceux où les trous de sécurité apparaissent, d'autre part on fait tous des erreurs. Factuellement, si vous analysés statiquement mon script, vous allez voir des erreurs (ainsi que moult fautes d'orthographes et d'accords en lisant ceci)

Avec la mise en œuvre du GRDP vous n'avez plus le luxe d'ignorer la question de la sécurité des données, et ça commence par avoir une culture de neutralité émotionnelle permettant de gérer les non conformités comme des adultes.

RH arrêtez de dire que votre boîte est fun/convivial seul les codeurs qui n'ont pas de vie et qui sont toxiques seront attirés par votre entreprise : on ne vit pas pour travailler, on travaille pour vivre

Quand on dit que la France rayonne à l'international du fait de ses grandes écoles. Par expérience, à part quand les français huppés colonisent une place (au hasard le plateau mont royal)  les polytechniciens et autres sont vus comme inférieur à des universitaires, car ce ne sont pas des titres ayant une forte résonance à l'international.

Les métiers reconnus sont nos métiers artisanaux et ouvriers : ébénistes, chefs de cuisine, tailleurs de pierre, maçon traditionnel .... Ceux où la reconnaissance est le fait de savoir faire, où il y a des concours de Meilleurs Ouvriers de France. Le faire savoir est le propre des grandes gueules le savoir faire des bons ouvriers.


RH, arrêtez de refuser les CV fournit sous la forme d'une page web pour un métier de l'informatique. Ils prouvent un savoir faire. Valorisez les projets libres innovants, les participations aux conférences ...


Point spécial : les entreprises ayant des taux de retour frisant les 0% une offre masquée derrière pole emploi on y répond pas.


Je tiens à souligner que les offres issus de l'industrie sont bien mieux rédigées que celle du secteur tertiaires et ironie spécialement des domaines des technologies de l'information.

Je pense que si déjà ces 3 points étaient validés ce serait bien. J'ai une détestation spéciale pour le mot digital (qui réfère au doigt) en lieu et place de numérique car quand les gens ignorent que le mot français est numérique cela implique que l'organisation aura du mal à communiquer, et donc que ce sera la tour de Babel. En fait, chaque mot de franglais me hérisse (et une crotte de plus). Une plateforme digitale, c'est un clavier car on y pose ses doigts.


Pole Emploi est un repère de cave



Ca risque de me coûter ma candidature pour leur API, mais maintenant je connais vachement bien leur API.


Beaucoup de données c'est le contraire de beaucoup d'information

L'information se distingue de la donnée par sa pertinence.

Si je suis obligé de créer mon outil qui accessoirement évite de tabasser vos serveurs en filtrant 99.99% de vos offres c'est que votre site remonte beaucoup de données peu d'information.

En tant que Joe la Science je vous donne la définition de bordel informationelle

H = k x ln(données_présentées_pertinentes/ensemble_donnée)

Imaginez que je suis informaticien, mais pour parcourir vos bases en long en large et en travers et m'amuser à regarder les offres manquant de candidat, ces offres sont des métiers non intellectuels. Les gens qui ont le plus besoin qu'on répondent à leurs offres n'ont pas des chercheurs motivés ou sachant rechercher une aiguille dans une meule de foin. Si vous devez vous focaliser sur une et une seule chose, c'est pas votre API/dev store, c'est la pertinence des recherches sur le site web.

Votre API est à chier, et vous n'en avez pas besoin

Une page web bien structurée c'est la même chose qu'une API REST. Le truc, c'est que votre page pour présenter les offres est écrite dans un HTML ignoble dont la sémantique des classes CSS contredit le HTML et la hiérarchie, au final, ça va plus vite de l'analyser en la transformant en texte sans balise. Ajout : L'ironie est d'autant plus forte, qu'une partie de l'application des règles d'accessibilité diminue l'accessibilité au site (lol).

Et même malgré tout ça, quand j'ai vu la doc en franglais de votre API et sa complexité inutile, j'ai refusé de l'utiliser et j'en suis content.


J'ai du corriger quelques une de vos ruses de sioux ridicules pour empêcher l'aspiration (ou peut être de l'incompétence) et ai sauté au plafond en voyant que vous ne respectiez pas certains standards de sanité du passage des arguments.


Abandonnez vos API, faites juste du HTML simple et propre facile à analyser, respectez le protocole HTTP.

Tout ce temps gâché par les chercheuses d'emplois à rechercher une aiguille dans une meule de foin, c'est du temps qui coûte à la collectivité, aux entreprises aux organisme sociaux. C'est aussi du découragement. C'est écoeurant. Vous pouvez m'embaucher pour corriger ça ou pas, je m'en câlisse, en tout cas j'ai vu un problème, j'ai vu une solution, j'ai postulé chez vous.

Pole Emploi, vous qui êtes un agent publique au titre de la Déclaration des Droits de l'Homme est du Citoyen qui est toujours en vigueur, je vous demande des comptes pour cette gabegie, cette incapacité à bien réaliser le coeur de votre mission : permettre à la demande de rencontrer l'offre sans barrières inutiles.

Ajout : Les points positifis de pole emploi

Pourquoi avoir choisi pole emploi pour scrapper des offres en info et pas indeed, monster, chooseyourboss ? 

Les autres sites sont soit pire en déviance vers la bromance, soit quand on appelle pour savoir si l'offre est encore dispo on se voit répondre souvent que non (ce qui est pas très différent de pole emploi).
Sauf que chez les autres c'est pire. Pole Emploi a selon mon expérience beaucoup moins d'offres affichées déjà pourvues. Et c'est déjà très bien.


PS : EDIT : j'ai beau être dyslexique et assumer, n'hésitez pas à remonter les fautes d'orthographes ponctuations, redites ...