Fais pas frette, range ton canadian goose ou ton kanuk

J'ai vécu 3 ans à Montréal, j'ai fait du vélo sous les tempêtes de neige par -35°C, du patin à glace au parc lafontaine par -25°C, et j'ai survécu avec plaisir à 5 mois d'hiver par an avec un blouson à 75 piastres.

Et j'ai un message pour mes compatriotes : range ton kanuk à 1200€ ou ton canadian goose à 500€ il fait pas frette.

Frette est un mot de vieux français pour dire "frisquet".

Faire lâcher à un francophone canadien (il y a pas que le québecois qui cause français) qu'il fait frette, c'est tough.

Et c'est quand tu vois les kanuks et les canadians goose dans la rue que tu rentres dans la zone du «il fait un peu frette aujourd'hui». Généralement on commence à évoquer le frette sans se ridiculiser vers -20°C.

Avant hier, la neige est tombée à pontoise, dans le val d'oise comme ça arrive une fois tous les 40 ans. Les journaleux ont décrété pontoise la ville la plus froide de l'ile de france avec .... une température positive.

Ça fait pourtant des mois que les dispendieux manteaux sont pavoisés.

J'ai rien contre le fait que les gens friment et aient chauds.

Mais câlisse en estie de tabernacle ils pourraient arrêter de faire les chialeux car ils ont froids ?

Le profil type du porteur de ces manteaux est celui du/de la riche crétin.e.

On commence par comprendre que la mode importe avant tout : donc on a systématiquement des soquettes basses d'été en hiver. Jusque là tout va bien (kof kof).

Mais les chaussures sont soit des mocassins à semelle lisses quasi inexistantes, soit des chaussures de sport en toile (avec des semelles fines).

Bon mes cocos ; connaissance de base de la survie au froid : on commence par s'isoler du sol et garder les extrémités au chaud en hiver. (circulation ralentie, pont thermique, toussa).

J'ai bien vu des fourbes avec les mêmes chaussures spéciale glacier alpins utilisées par les chasseurs de renom (je vous fait pas l'accroche commerciale au complet du vieux campeur pour vendre des chaussures deux fois plus chères que les queshua, mais certes bien meilleures).

Si vous avez pas de chaussures de kéké comme le mézigue, pensez quand même à avoir une paire de chaussure qui prend pas l'eau. Même une paire de botte en caoutchouc pour peu que la semelle accroche.

Donc déjà investir 10% d'un canadian goose dans des chaussures vous aiderait.


Ensuite, comme dit mon témoin de mariage, au canada on peut sortir tout le temps, il suffit de bien savoir s'habiller (il adore escalader les montagnes nord américaines pendant l'hiver).

Par exemple quand t'étais petit en hiver ta maman te mettait peut être des collants ?
Et bien, oui les collants sont une bonne idée. Sous un pantalon qui mouille pas. Je sais que c'est un crime contre la culture française que de masquer la cheville qui doit être nue. Mais en fait en hiver, ta cheville, tu la couvres. Ton pantalon, tu le montes. Les québécois ne portent pas de caleçons longs/collants. C'est pour les fifis. Non, ils portent des long johns. C'est exactement la même chose, mais le nom craint moins. Alors toi aussi pour éviter les ridicules collants, achète la même chose à 3 fois le prix parce que le nom est plus mignon.

T'as tu ta tuque ?

40% des pertes se font par le haut du crâne. Même une bête casquette rose (comme la mienne) ou une tuque (un bonnet en laine) font l'affaire. Moi la laine ça me gratte, alors je porte des casquettes. Mais tu peux porter un chapeau qui prends pas le vent aussi : genre un bonnet de bain.

Le vent allié au froid sont ton ennemi mortel, pour les combattre pratique l'école de l'oignon blanc.

Mieux vaut 3 couches de vêtements légers mais conçus pour pas laisser trop passer l'air qu'un truc chaud sur une passoire textile. Cette technique est nommée d'après les séances d'épluchages.

Donc reste le point critique du manteau...

Première chose, la France a quelque chose que le canada nous envie : des vêtements faits en bouteille d'eau recyclées qu'on appelle des "polaires". C'est pas qu'ils en ont pas, c'est que celles dispo dans les grandes chaînes françaises sont de meilleures qualités et moins cher. Décathlon/Go sport pourrait faire un carton rien qu'en vendant leurs polaires au Canada.

Ensuite pour le blouson, c'est comme pour les pantalons : on veut pas des coupes de mode.

On veut des blousons un poil plus large (oignon à l'intérieur) qui couvrent la limite pantalon/maillot et qui coupent le vent. Vous voulez gardez la classe française ? Un kaban fera pile poile l'affaire. J'en ai acheté un d'occaze à 15€ utilisée dans la marine marchande polonaise.

Bref, pourquoi tout ça ?


Parce que des richards qui se font pigeonner (les blousons sont vendus en € à leur valeur en $ donc ça revient à payer 30 à 50% de plus) et bien, ses chialeux, ils chialent qu'ils ont trop froid. C'est pour ça qu'avec la magie des moteurs de recherche j'espère en faire taire quelques un qui me gâchent mon éternel saison des terrasses en chouinant.

Oui monsieur, tant qu'il fait pas frette, moi, je prend mon kawa en terrasse.
Donc porte ton canadian goose ou ton kanuk, mais ferme ta yeule sur le fait que tu te gêles les miches car t'es un.e iodiot.e qu'à trop de fric mais pas de cervelle.

D'après l'équipe télé passée le lendemain de cette photo, il faisait -13°C.
Et non, 0 kanuk ou canadian goose car il faisait pas frette.
Ma fille et ma femme aussi profitaient du beau temps.




PS pour ceux qui ont suivi avec un budget canadian goose on a de quoi s'équiper 2 fois intégralement en gardant la classe. Avec un kanuk ou a 4 budgets équipement intégral.

Defeating modern Information Security the old way: with 5$ technologies

5$ is the amount of money required to burst the tech bubble.

Security is always a problem of money. Why have the trouble of owning bikes when a lock costing the price of your bike does not even protect it for more than 2hours? In worst hypothesis, you'd need to spend 4 times the price of bikes and locks to amortize a bike per year.

Security and unsecurity can make a cheap expense very expensive. At the point you stop buying bike.

If you leave in Montréal it happens. Then, you resort (cause maybe your budget is killing you) to stolen bikes, fueling the very cause of the market unsustainable for any players. Even the thieves. No one gains.

The market of the bikes disappearing explaining how the dragons disappeared.

Funnily the world Treasure in german is Shatz from the verb shützen to protect.

Heroes took the habit of killing every dragons, because since they were known to protect huge treasures hence a dragon was supposed to always be on a heap of gold.

Specisism! Some young dragons did not have the time to earn enough proof of their value, thus had little to peanuts.

So, by prejudice dragons became extinct, heroes too having no more fiends to defeat, and a new era of creating safe vaults appeared. That's how the dragon's bubble bursted in 400 and heroes became bank robbers with dynamite. IT is a dragon of paper.

The need for secured transactions will always be there, but, if it can be harmed with 5$ then your way of securing them might disappear for a cost excedeeding 5$.

But even worse, you could have negative prices.

And Information Technology as an industry is making the exact conditions from which negative prices will exists on the market of technologies able to break itself.

What is the opposite of IT/high tech? Low tech. IT by taking part in a massive development of a low tech vulnerabilities on a scale that is growing exponentially.

Heard of side channel attacks?

Imagine I only need to know "when the lawyers of my opponent on the case are the most active on the network" ?

Well, their daily trash filling per day might increase. I am pretty sure that more workforce, means more works thus more probably network usage. Information does leak a lot in the physical world.

Imagine a smart bitcoin contract worth 10B$ is protected by a unbreakable cryptography for those who don't have the passwords?

Well, if you are ready to crack some bones, a 5$ club might do the job. With enough persuasion data can be extracted in the physical world.

These cases are happily extreme and not common. However, the problem is these are gonna be more frequent.

Tax dodging in IT is a common practice resulting in a non competitive market. Share values of company raise and new competition on the market has to be more aggressive than the other ones. Real innovation in IT is an efficient way to dodge tax.

However it became efficient. Gains now being marginal in this field. One other resource is available for making more money: wages.

GAFA outsource most of their services to avoid any liability in hiring armies of underpaid workers to do the trivial cleaning, delivering, construction work, expedition, security ... and abuse the local markets. Okay.

This proportion increases a growing population who works for less than required for a decent living. AAA batteries not included. And that's a problem, people may need this 5$ pack of AAA battery.

IT requires this workforce for ultra secretive places or data, to do operations that requires trust.

Such as making sure a hard drive sent from the providers has not been tampered by the underpaid receptionnist.

And the more data-center, third party authenticaction and trutees grow so does the hyper-surface of vulnerability.


Your USB devices, CPU, Hard Drive, electricity, information required for your "secret questions", your phone line, anything you rely on physically for your job even your 2FA have in its chain of trust disgruntled under paid workers.

Imagine how much trouble if a cleaning lady took picture of the post it in your whole organization?

By the cold calculus of rationnality some of your workers may see that your failure as IT might benefit them. And you know which organization have no ethics?
Criminal one.

Especially the one IT relies on. Tax dodging weakens justice and results in development of corruption. Not yours of course, but it helps having an increase on the offering part of the market of corruption.

Underpaid justice and public order officers result in more demand on the market street of corruption. A direct consequence of tax dodging.

People who benefit of your fiscal innovation are criminal or corrupted organizations. Bank reuse your astute laundering scheme for better use.

One side product of IT tax dodging is the development of not only reason to get corruptible but also an economical benefit in doing so by lowering the friction to benefit from the money of crime.

It also gives a lot of required persons in the everg growing chain of value people that incentive to betray.

It is a classical game theory problem with a feedback loop which output is certain. People will incrinsingly betray and for less, higher and higher in your chain of trust.

It is not the technology that will cause the end of the IT bubble, but the social and economical strain it put on society that weakens it at the point one day the costs of IT will be more than the benefits of the community as whole including: users, consumers, regulators, workers, providers, contractant, tax payers.


1848, 1870, 1900 the aftermath of industrial revolutions that saw stormy social changes never came from the disruption in technology, but from the one who did to much of a captation of the benefits without giving back to those who actually made it possible, even the cleaning lady.

No matter how IT sees itself, is just no different from the one of the arrogant steel maker, coal mine owners and old pretentious indutry of the victorian era, even imposing its puratinistic view on nudity as the most shared censorship on the whole globe.

The business model of intellectual property has something of unfair: spectre/meltdown was discovered simultaneously by 3 teams.

It happens a lot in the field of R&D. But who will be the best rewarded?

The first on the market, the one having the money to register first, or the one that benefits from an exclusive increase in productivity? IP economy builds growing incentive for monopolies that does reward neither merit nor risks taking but the one who has the biggest initial capital.

Thus, smart high value workers will understand that monopoly more than innovation is there interest. So, you are or will head towards an advantage in fighting innovation. The interest of IT is diametrically opposed to the one of the common interest. Basically: better pay, better products, progress in exchange for IP revenues.

IP claims are a huge costs to under funded public judicial system.

The more IT build its success at the detriment of the mass, the more it is undermining itself. The feedback loop being there, IT showing no efforts in fighting it, it is not a question of if it will happen, but when.

An industry betting on taking more advantages out of of the community than giving back to it will end up killing the community it parasites.

And that's how heroes and dragons disappeared. Because their greed in thinking wealth belongs to the more powerful killed the weak peasants that were not able to feed anyone anymore.

You can have all the gold on earth you want but if no one can make a living out of cropping you are dead too, and stupidly some peasant do not intend to die. So, you should really think of paying your taxes and wages before it's too late.

The persistance of peasants nowadays while dragons and heroes disappeared around us is the  undeniable scientific proof I am right.

Du concept de compression social et de ses effets

«L'abus de la propriété doit être réprimé toutes les fois qu'il nuit à la société.»
   Napoléon Ier
«La sédition de Lyon de 1831 a révélé un grave secret, celui de la lutte intestine qui a lieu dans la société entre la classe qui possède et celle qui ne possède pas.. Notre société commerciale et industrielle a sa plaie comme toutes les autres sociétés ; cette plaie, ce sont les ouvriers. Point de fabrique sans ouvriers, et avec une population d'ouvriers toujours croissante et toujours nécessiteuse, point de repos pour la société [...].
Les barbares qui menacent la Société ne sont point au Caucase ; ils sont dans les faubourgs de nos villes manufacturières».

    Saint Marc Girardin

Si il est établit que nous en sommes revenu à un ratio possédant par tête de pite pire qu'en 1789 où 3% possédaient seulement 40% des biens, il est intéressant non de se poser la question du pourquoi (théorie aristocratique prétendant que le Peuple est mauvais par défaut, et que les optimums sont obtenus par laisser l'économie dirigée par les meilleurs qui ont fait leur preuve de par la loterie de la naissance), posons nous la question plus amusante du comment.

Je me suis réveillé ce matin avec en tête l'image du man-spreading (étalement exhubérant des mecs) mais appliqué à l'espace publique, et à comment le mesurer.

Déjà on peut le mesurer de deux manières équivalente, soit par l'étalement sociale (gentry-spreading qui complète l'observation de la gentrification) soit par la compression sociale.

Moi, j'aime les mesures objectives, celle qui dérivent de théories simples, que chacun peut par son observation peut infirmer ou confirmer.

Comment mesure-t'on la pression dans un espace 2D ? c'est égale F/S.

Prenons le cas de l'immobilier (google a plein de calque sur les prix par quartier vu du dessus), on constate que
  • les pauvres ont des appartements moins grands ;
  • les pauvres sont plus concentrés.
On peut aussi observer qu'ils sont repoussés dans les faubourgs et éloignés des transports en commun.

La corrolaire de la gentrification est donc l'accroissement des populations en périphérie dans les villes anciennes, et inverse dans les villes nouvelles où les voitures sont favorisées par les déplacements.

Pour reprendre le cas de l'urbanisme des villes nouvelles, on note que plus une ville est étendue plus ses frais de fonctionnements par habitants sont élevés.

On va imaginer que vivre à 4 dans un 36m² c'est dur. On va remarquer que dans 50m² c'est plus facile. On peut en dériver probablement à partir des rapports de police une corrélation entre «espace vitale» et risque de querelles. On appellera arbitrairement la surface par tête de pipe qui diminue de 80% les risques d'atteintes aux personnes. Au doigt mouillé je vais fixer cette surface à 20m² par tête de pipe. Donc, on peut maintenant en déduire une probabilité de collision par surface, à laquelle on va associer une quantité de mouvement, donc une force.

Ainsi, on peut objectiviser une logique de pression que tout le monde peut mesurer en prenant les densités de population par zone.

Mais est-ce aussi mécanique ?

Si ton appartement est mal isolé, tes 70m² servent à pas grand chose.
Si tu as des parties communes (trottoirs) où des voitures roulent, se garent et tentent de t'écraser tu as une pression.

La notion de pression ainsi définie incorporant des si condition alors pression diffère rend caduque tout l'arsenal mathématique de l'algèbre linéaire (dérivation, intégration, raisonnement par moyenne, régression, probabilité bayesienne...) et donc l'IA.

Ça fait depuis Poincaré que certains matheux pas trop cons tentent à pas très lent d'avancer sur le sujet, avec la friction engendrée par un paquet de réac élitistes appelé Bourbaki. Gageons que poser un problème et espérer l'apparition des instruments n'est pas vain, puisque c'est-ce que fit Galilée avec le succès qu'on lui connaît : il n'est pas nécessaire d'avoir une formalisation précise pour faire de la science, il suffit de proposer des observables et de les associer à des grandeurs dont on évalue ensuite leur pertinence.

Si la partie urbaine et géopgraphique est inférable, ne peut-on aussi imaginer des couplages qui engendrent des effets secondaires.

Par exemple, si tu regardes une ville, les lieux publiques pour survivre sont souvent concentrés dans des lieux appelés en Bretagne «rue de la Soif».

J'ai fait une constatation amusante à Montréal, Paris, et dans les villes de banlieue : l'espace vitale n'est pas le même en fonction du milieu socio économique. Les personnes issues de famille propriétaires ont tendance à avoir un espace supérieur toléré largement supérieur à des gens issus de famille de locataire.

Il en résulte que dans les villes où la gentrification s'installe, les espaces publiques sont raréfiés. Après tout qui a besoin de rencontrer ses amis à l'extérieur, quand il peut organiser ses pinces fesses dans son lieu de vie ? D'où une tolérance moins grande pour des espaces qui perdent de leur légitimité.

La compression sociale en périphérie et le gentry spreading impact donc les classes populaires en les privant de lieux publics. On notera la concentration des milices municipales, nationales utilisées comme des épouvantails anti pauvres et le refus des agents publics de déployer les forces de l'ordre par logique de densité de population, mais par densité de richesses.

Quels sont les impacts de perte de lieux publics ? Il devient dur voir impossible pour les populations d'obtenir les densités d'évènements nécessaires à leur promotion sociales, culturelles et intellectuelles.

Au niveau mathématique, il est quasi certain qu'un Hamiltonien décrivant des liaison holonômes, et probablement des matrices de transition sont à imaginer à ce point. Il est assez probables au vu des liaisons de cause à effet qu'on mettra en évidence des boucles d'amplifications croisées. Il est assez probable que ceci résultera en une possibilité de modéliser des agents hétérogènes sur une matrice de voisinage que l'on pourra faire évoluer en fonction d'un monté-carlo pondéré par la densité d'aléas avec propagation des effets aux voisinages. Le temps est l'accident des accidents, il en résultera que la raréfaction des échanges souhaités (vs subis) résulte pour les populations les plus denses d'une raréfaction des possibilités pour les agents les plus démunis d'avoir une promotion sociale.

Comprenons que la vraie richesses est d'être connue.

Un individu coupé de la place publique ne peut être respecté, élu, voir sa culture représentée.

Il est aussi à noter que dans toutes les villes, la Culture, l'expression publiques sont réglementées. Il n'est pas rare lors des fêtes de la Musique de voir nos édiles faire décalisser de scène des musiques de sauvage (dites populaires) au profit de musiques dites savantes, voir inspirantes (pour ne pas dire religieuses).

À quoi peut servir un science de la dynamique sociale ?

Après tout, à quoi sert la science si ce n'est à être utile ?

Heureux que vous demandiez !

L’asymétrie de la pression sociale, et son évolution sociale doivent pouvoir éventuellement être corrélé à la richesse des Nations.

Les classes populaires sont celles sur lesquelles les tâches ardues de la création de richesse repose sans que forcément elles en bénéficient, on peut se demander en dehors de toute considération de morales, de Loi, ou autre si c'est utile.

Utile sur le point de vue écologique, médicale, économique ?

Est-ce qu'un état qui favorise le monopole obtenu par la reproduction des inégalités de naissance peut gagner dans un contexte de concurrence mondiale ?

Là, je peux pas répondre directement. Mais, que ce soit la crise de 1929, les révolutions de 1848, 1789 on a des clairs indices qu'un système basé sur l'amplification de la reproduction sociale au détriment d'une juste concurrence se fera tauler par des états plus libéraux.

Quand je parle de libéralisme je parle d'une régulation des marchés où  une pomme est une pomme, un mètre un mètre, un produit bio est garanti bio, une bière est une bière ....

Je parle d'un système où l'accès à la capacité de production n'est pas basé sur le fait d'aller voir un banquier, et d'être validé par des corporatismes verreux hérité de la monarchie, mais où tout citoyen pourvu qu'il est responsable légalement et financièrement des torts que ses défauts de production peut engendrer qu'il paie ses impôts et se soumet aux inspections peut directement mettre une table dans la rue pour vendre sa production tant qu'il ne ment pas sur ce qu'il vend.

Pour ça, il faut des régulations qui empêche la distorsion de concurrence.

Un marché où les travailleurs sont moins libres de bouger que les entreprises, n'est pas un marché libéral. Un marché où certains travailleurs sont plus découragés que d'autres à faire valoir leurs droits n'est pas un marché libre.

Enfin, j'espère que l'on peut extraire de ceci une vraie science sociale (au sens de prédictive, liée à des observables accessibles à tous, reproductible) permettant de répondre à la question :

Art. 1er. -
Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune. 

Je pense qu'une telle science permettrait de mesurer l'utilité commune des distinctions, et si comme je le suppose la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen a un bug en ayant deux injonctions contradictoires il nous faudra peut être rédiger une nouvelle DDHC.

Où serait le bug ?

Du fait de la survivance de fait de la loi salique la propriété héritée renforce une distinction sociale qui va à l'encontre de l'utilité commune.

Il va donc falloir choisir si nous voulons diviniser la propriété ou aimer les hommes. C'est l'article 17 contre l'article 1.

Je pense qu'à ce point aucune science ne peut dire objectivement ce que chacun souhaite. Mais je trouve chouette de pouvoir aider à poser clairement une question sociale et de future de la Nation :
Voulons nous sacraliser la propriété (la richesse à court terme (50 ans) de la Nation) ou protéger la richesse à long terme ?

Ces 2 articles fondateurs de la République sont en conflits, et le poids de l'article 17 est en train de faire tourner au rouge tous les articles de la DDHC.

Il n'y a pas de mal à vouloir vivre esclave soit même en espérant un aléa qui viendra probablement jamais d'être soi même un esclavagiste.

Moi évidemment, j'ai ma préférence. Comme la majorité de la population, mon kiki est de plus en plus serré par la pauvreté, donc je vote pour l'article 1 et contre l'article 17. Mais, ça n'est plus une logique scientifique, c'est une logique politique, celle de croire que je préfère une société libérale à une société aristocratique.